Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Retraite Mme Gommeaux

BONNE RETRAITE
MADAME GOMMEAUX

Madame Merlin directrice de l'école Haffreingue s'adresse tout d'abord à Madame Gommeaux

     Nous sommes réunis aujourd’hui pour remercier Madame Gommeaux qui prend une retraite bien méritée. Merci à tous d’être présents.
     En quelques mots, je vais vous retracer sa carrière. Madame Gommeaux est originaire de Maubeuge. Et même si pour elle les beaux couchers de soleil de notre côte ne valent pas un clair de lune à Maubeuge, c’est avec plaisir qu’elle s’installe avec son mari (Jean-Louis, ancien d'Haffreingue-Chanlaire) à Neufchatel. Elle appréciera vite « le ciel, le soleil et la mer » et enfilera souvent son joli petit bikini rouge et jaune à petits pois pour se rendre sur la plage d’Hardelot.
     Enseignante dans le public de 1969 à 1972, elle prend un congé pour élever ses deux enfants Samuel né en 1971 et Marie qui rejoint la famille en 1974. Elle en profite aussi pour aider Jean Louis qui ne cesse de lui demander « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ». Bref, c’est la belle vie. Son goût de l’esthétique et sa fibre artistique, l’amènent à travailler comme fleuriste pendant 3 ans. Chaque jour, elle fredonne Les cactus et pour elle, l’important c’est la rose.
     Pour répondre au directeur diocésain qui lui demande : Dis, quand reviendras-tu ? Elle retourne vers l’enseignement et prend la direction de l’école Ste Thérèse à Pont de briques. Elle redevient l’idole des jeunes de la classe de CP. Elle y restera 5 ans. Une école que je connais bien pour y avoir enseigné pendant 2 ans. Le hasard fait que nous nous sommes rencontrées à Haffreingue en 1987. 23 ans maintenant que nous nous connaissons. Madame Gommeaux est devenue pour moi plus qu’une collègue, une véritable amie, c’est pourquoi, maintenant pour m’adresser à elle me
permettrez-vous de la tutoyer.
     Françoise, depuis 23 ans, chaque rentrée, tu accueillais les petits CP pour en faire de grands CE1. Je t’entends encore appeler les plus récalcitrants : « Viens ici petit Gonzalès, c’est ta maîtresse qui te dit ça » Certains sont même présents aujourd’hui, ils ne t’ont pas oubliée.  L’un d’entre eux, n’a pas oublié le goût amer de ses crayons qu’il avait l’habitude de croquer. Avec l’accord de sa maman, tu les badigeonnais de produit pour éviter qu’il ne s’encombre l’estomac de produits divers tel plastique ou bois. Puisque tu avais œuvré en tant que directrice, c’est souvent que je te demandais conseil et même de relire mes circulaires à la chasse aux coquilles ou aux fautes d’orthographe. Personne n’est infaillible. Tu as été pour moi un véritable soutien et je t’en remercie vivement. Les enseignantes peuvent aussi témoigner de ta bonne humeur et de ton esprit d’équipe.
     En assistant à la kermesse, as-tu fait le compte du nombre de danses et de chants que tu as préparés ? As-tu fait le compte du nombre d’élèves qui sont passés dans ta classe ? Pourras-tu les reconnaître sur les photos disposées sur le panneau que tes amies et collègues ont préparé ? Nous avons demandé aux proches anciens de noter un souvenir et nous t’offrons ce recueil que tu feuilletteras sûrement avec plaisir et nostalgie.
     Au nom des parents, merci d’avoir aidé les enfants à grandir, à leur avoir appris à lire et à compter. Au nom des enfants, merci pour les leçons de lecture, d’éveil, les sorties, les activités artistiques… Mais, c’est normal, puisque c’était ton métier, diront certains. Mais ce qui est exceptionnel, c’est la façon dont tu l’as fait. Ta recette (nous savons que tu es un véritable cordon bleu) 1/3 de patience, 1/3 d’encouragement, 1/3 de compétence, mais aussi assaisonné de beaucoup de tendresse et d’amour pour ton métier et les enfants. Une méthode, c’est facile à suivre, le livre du maître est là pour guider, mais tu ne te limitais pas à une seule méthode. Tu cherchais toujours celle qui conviendrait le mieux à chaque enfant. Méthode syllabique, méthode phonétique, méthode gestuelle, tu les maîtrisais toutes et pour toi, l’important était que tous les enfants sachent lire. Tu n’as pas attendu la mise en place du soutien pour reprendre le midi les enfants qui avaient besoin d’un coup de pouce.
     Tu as vraiment mérité ces années de retraite que je souhaite très nombreuses. Tu pourras les consacrer à tes passions telles la lecture de romans policiers qui passaient de main en main pour le plus grand plaisir de chacun. Tu as toujours été notre critique littéraire la plus écoutée. Tu pourras voyager avec Jean-Louis sans te soucier des dates de vacances pour faire tes réservations. Tu pourras t’asseoir avec plaisir dans une salle de cinéma même les jours de classe. Tes weekend et tes soirées ne seront plus écourtées à cause des préparations et des corrections. Le bonheur ! nous t’envions beaucoup. Mais nous savons aussi, et c’est le plus important, c’est que tu viendras encore souvent nous voir et respirer l’odeur des
cahiers neufs, de l’encre et de la cire des tables fraîchement nettoyées. Oh là, je me laisse entraîner dans les clichés. Il est temps pour moi d’arrêter là mon discours qui devient un peu trop lyrique pour te dire au nom de tous Un grand merci, te souhaiter une excellente retraite offrir ce cadeau, qui, connaissant ton goût pour les voyages, te fera sûrement plaisir.
     Tu as sûrement remarqué que des titres de chansons de ta période préférée se sont glissés dans mon petit mot. Alors, je terminerai par L’école est finie.

Réponse de Madame Gommeaux.

     Et bien voilà, le grand jour est arrivé. Officiellement, je suis en retraite depuis le 1er janvier, mais pour moi, ma retraite commence véritablement ce soir.
     Je ne vais pas revenir sur mes années passées à Haffreingue …... Simplement, je tenais à dire que je me suis tout de suite beaucoup plu dans cette école. Je me suis présentée début juillet en 87 . Et j'ai été bien accueillie par Melle Jennequin , Madame Bruneau et un peu plus tard par l'ensemble des collègues. La jonction avec madame Rose que je remplaçais s'est passée dans la plus parfaite harmonie. Alors, au fil des années, j'ai vu mes collègues partir en retraite. D'autres les ont remplacées. … plus jeunes évidemment. J'ai dû m'adapter, mettre un « petit coup de jeune » dans ma pédagogie, changer de méthode de lecture mais cela me plaisait bien. Mais le 13 juin dernier, je suis venue à la kermesse et quand j'ai vu les prestations des enfants dirigés de « main de maître » par leurs maîtresses, sur des musiques de Michael Jackson , du disco , les imitations de John Travolta, alors là, je me suis dit : « Françoise, il était temps de prendre ta retraite ! »
     Christine, je savais que j'aurais droit à un discours ,mais là tu as fait « fort » ! Merci pour ces paroles chaleureuses, réconfortantes qui me touchent énormément. Merci à mes collègues qui, en cette fin d'année où il y a tant à faire avec les évaluations, la préparation de la kermesse, ont encore eu l'énergie de composer ces chansons, de faire répéter les enfants. Bravo pour la chorégraphie de « l'école est finie » qui m'a bien fait rire. Merci bien sûr aux enfants, vous avez été « super » ! ... Merci à vous tous qui êtes venus : les parents d'élèves, les membres de l'APEL, mes anciennes collègues et anciens collègues d'Haffreingue , leurs conjoints, Melle Jennequin, Melle Coquerelle. Merci à mes anciennes collègues de l'école Ste Thérèse de Pont de Briques. Merci Régine, Valérie et Mme Pruvost. Un merci particulier à Anne Desgardinset Caroline Maillot qui m'ont remplacée quand je me suis arrêtée.
     Tout à l'heure, j'ai dit que tout s'était très bien passé avec Mme Rose en 87 quand je l'ai remplacée. Mais, je pense que je peux dire que tout s'est également admirablement bien passé avec Mme Caffier qui me remplace. Merci à mes amis qui se sont déplacés. Bien sûr, merci à tous pour ce très beau cadeau, vous m'avez vraiment gâtée. …. Et je peux vous dire que lorsque je serai à Venise, me laissant glisser dans ma gondole.

retour page précédente